Zénith : une histoire de pirates et de vengeance

Je ne sais pas trop par où commencer ma chronique. On est samedi soir, je viens juste de finir ma lecture, et pour une fois, j’ai eu envie de rédiger mon avis tout de suite, à chaud. Dans cette histoire nous découvrons Androma Racella, une sorte de corsaire de l’espace surnommée « la Baronne Sanglante » pour les divers crimes qu’elle aurait commis. Recherchée à travers les Systèmes Unifiés, elle enchaîne les missions périlleuses et navigue sur son vaisseau spatial, La Maraudeuse, en compagnie de son équipage. Composé de trois filles criminelles d’origines différentes (Lirana, sa seconde et pilote, Gilly, une enfant de treize ans à la gâchette facile, et Breck, une impressionnante géante), il en fait trembler plus d’un. Mais un jour, leur navire sera suivi, et leur course poursuite, qui devait être banale en premier lieu, va finalement les mettre en mauvaise posture. Elles finiront par être interceptées.. par l’homme qu’Andi pensait avoir tué bien des années plus tôt : Dextro Arez. À partir de cet instant, les vies de tous ces protagonistes vont être chamboulées.

Bon, globalement, mon avis est nuancé, mais pas trop (hum, vous suivez ?). Puisque le résumé ne dévoile pas grand-chose sur l’intrigue (ce qui est vraiment chouette, soit dit en passant), je ne m’attendais à rien de spécial au moment où j’ai commencé ma lecture. J’ai donc été agréablement surprise par l’œuvre de Sasha Alsberg et Lindsay Cummings. J’ai été emportée très facilement grâce à leurs plumes légères et fluides, et même si l’action est plutôt lente au début et que l’histoire met du temps avant de démarrer, une fois dedans, c’est fini, les chapitres défilent sans que l’on ne s’en rende compte. Tant mieux d’ailleurs, puisque les autrices nous ont quand même pondu un pavé de plus de 600 pages, rien que ça !

En ce qui concerne les points que je n’ai pas trop aimés, il n’y en a que deux. Ouf. Premièrement, et c’est l’éternelle amoureuse d’Albator qui parle, mais je trouve qu’il n’y a pas assez de « piraterie » dans ce bouquin. Deuxièmement, je suis mitigée vis-à-vis des personnages. J’ai beaucoup aimé Dex, l’évolution de Valen, un peu moins Androma (même si elle est de plus en plus attachante), et son équipage.. bah, bof, quoi. Je ne sais pas trop comment l’expliquer mais j’ai eu la sensation qu’elles n’avaient pas assez de présence, qu’elles étaient effacées. Et ça m’a dérangée. Certes Lira est moins mise en arrière-plan, on en apprend un peu sur son histoire personnelle et son passé, seulement, je crois que ça n’a pas suffi. Voilà tout.

Pour ce qui est du roman, croyez-moi, il en vaut la peine ! Il y a des bagarres, énormément de sang, de envies de vengeance, des nanas qui savent se débrouiller et se défendre, de la romance, des planètes à découvrir, ainsi qu’un univers riche et très bien développé. Certaines choses sont prévisibles, mais bon, ça ne gâche en rien la lecture. La fin, par contre, m’a donné des envies de meurtre : quand sortira le volume deux de cette saga, s’il-vous-plaît ? Je n’en peux déjà plus d’attendre. Frustration level max.

Je vais éviter de m’étaler et de trop vous en dire, comme ça, vous pourrez plonger tête la première dans Zénith sans avoir des détails spoilants, et vous pourrez profiter pleinement de cette découverte (qui sort en librairie le jour où je vous publie cette chronique). Dernière chose : Je tiens à remercier Page Turners pour l’envoi de ce livre, et pour leur confiance. ♥

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.