Une histoire intéressante malgré une intrigue qui manque de tension

Quand j’ai lu le résumé de ce livre pour la première fois et que j’ai vu qui en était l’autrice, je n’ai pas pu m’empêcher d’être intriguée. Joëlle Charbonneau est connue pour des œuvres telles que L’élite ou encore Need et je l’ai, pour ma part, découverte grâce à Dividing Eden (mes chroniques des deux tomes ici et ici). Je n’avais pas spécialement accroché à cette duologie mais j’ai voulu donner une seconde chance à sa plume grâce à ce roman qui change de genre. On passe de fantasy à thriller, et je voulais absolument voir ce que ça donne.

Les premiers chapitres nous présentent les six protagonistes principaux, un par un. On en apprend un petit peu sur leurs vies, leurs problèmes et leurs situations familiales avant de plonger pleinement dans le récit. Tous décident de se rendre dans leur établissement scolaire avant la rentrée, et nous n’en connaissons pas vraiment les raisons. Ils ont des choses à cacher et on en vient rapidement à se poser des questions sur le pourquoi du comment. Mais, une fois là-bas, un effroyable drame va se produire et une bombe va exploser.. Serait-ce un attentat ? Qui a fait ça ? Pour quelle(s) raison(s) ? Est-ce que quelqu’un était visé ?

Les chapitres sont courts et on alterne entre les points de vue de chacun. L’histoire est présentée sous six angles différents grâce aux six héros, donc, et j’ai bien aimé le concept. D’ailleurs, leurs noms sont inscrits en haut à droite pour que le lecteur ne se perde pas (je suppose). Pas bête ! On ressent ce qu’ils ressentent, on voit comment ils réagissent en cas de catastrophe, et c’était plutôt bien amené. Le roman était fluide, rapide à lire, et les pages défilaient vite, c’était un vrai plaisir. Cependant, j’ai trouvé que les personnages étaient hautement stéréotypés. Nous avons Diana Sanford, la fille parfaite d’un sénateur ; Rashid Farsoun, un musulman jugé par tous à cause de sa religion ; Alex Vega (autrement appelé « Z »), un orphelin rebelle et replié sur lui-même qui vient de se faire jeter de chez lui ; Tad Hunter, un gay qui subit une pression parentale ; Cassandra Armon, une dépressive qui s’est faite harceler et violenter auparavant ; et Franckie Ochoa, le capitaine de l’équipe de foot. Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Un seul m’a paru travaillé et fouillé (je vous laisse deviner qui), c’est dommage. J’ai eu beaucoup d’empathie pour lui, qui ne demandait qu’à être accepté et traité comme tout le monde. Concernant les autres, c’est simple, ils manquaient de profondeur.

Une suite d’évènements va les relier et ils vont se retrouver dans la même pièce, avec une septième personne : Kaitlin O’Malley, une amie de Z qui se trouvait avec lui au moment de l’explosion et qui est méchamment blessée. La catastrophe a finalement réuni ces personnes qui n’ont rien en commun, qui ne se fréquentent pas nécessairement en temps normal, et qui n’ont rien à faire ensemble. Pourtant, les dés sont jetés et ils vont devoir trouver une solution et s’entraider afin de s’échapper de cet enfer. Mais ils vont se méfier les uns des autres à partir du moment où une source extérieure va leur apprendre que le coupable est parmi eux..

Le roman aborde des sujets difficiles tels que le harcèlement, le racisme, le suicide, l’homophobie, la haine, la violence (physique et psychologique), les préjugés, l’estime de soi. Je regrette que les soucis de ces adolescents n’aient été expliqués que brièvement, ç’aurait pu être plus intéressant. Time bomb est un livre sombre qui m’a donné du fil à retordre, d’autant que la fin, prévisible, était particulière. Le coupable était évident (mon copain a deviné rien qu’en lisant le résumé et sans avoir le moindre doute) et en même temps, c’était surréaliste. Quant aux raisons qui l’ont motivé afin qu’il passe à l’acte.. C’était déroutant, voire tordu. Mais bon, un attentat ne se justifie pas !

Parfois, quand on est au bout du rouleau, on peut commettre des choses que les autres ne nous pensaient pas capables de faire. Tous sont suspects, un seul est coupable. Cette intrigue manquait de tension et d’un autre côté c’était happant. En bref, je suis mitigée ! Dernière chose : Je tiens à remercier Page Turners pour l’envoi de ce livre, et pour leur confiance. ♥

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.