Un avis en demi teinte pour ce gros succès Mondial

Merci à page turners pour l’envoi de ce roman. À l’annonce de cette parution, ça a été l’effusion générale. En plus en Français on a gardé la magnifique couverture VO, et ça c’est chouette ! Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le Grishaverse de Leigh Bardugo, laissez moi essayer de vous re-situer tout ça.

Il y a d’abord la trilogie Grisha (tome 1, 2 & 3) puis la duologie Six of Crows (tome 1 & 2) qui peuvent être lus indépendamment mais se déroulent dans le même univers. Un peu à la manière des Marvel et du MCU. King Of Scars se déroule après les deux premières sagas et je pense qu’il vaut mieux les avoir lues pour bien tout comprendre. Si vous avez la flemme, une adaptation Netflix est en cours et j’avoue être super curieuse de ce que cela peut donner.

Mais revenons à nos moutons, qu’ai-je pensé de King Of Scars ? Eh bien, ce fût une lecture laborieuse… à ma grande surprise et plus grande déception.

Les chapitres alternent entre la vision de plusieurs personnages, notamment de Nikolai, notre petit prince issu de Grisha et Nina, ma petite favorite de la bande de Six of Crows. J’étais plutôt ravie de retrouver les personnages et l’univers. Vu que ça commence à remonter, le temps où j’ai lu les épisodes précédents, j’étais paumée dans l’intrigue.

Encore une fois, Leigh Bardugo a le don de maitriser son univers mais elle ne nous aide pas forcément à y entrer. J’ai laissé tomber pour essayer de comprendre qui était qui dans les personnages secondaires tellement j’étais perdue. J’ai préféré me concentrer sur l’intrigue.

En plus d’être compliquée et dense, il y a de grosses longueurs qui desservent totalement le roman. Il faut être concentré pour tout capter, mais en même temps le rythme super lent nous fait décrocher. Au bout de 300 pages je n’en pouvais plus, j’ai même lu des passages en diagonale pour avancer.

Je suis donc super mitigée sur ce roman. L’autrice est pourtant super maligne parce que la fin donne clairement envie de lire la suite avec un énorme cliffhanger. Du coup j’ai envie de lire la fin de la duologie…

En bref, un avis en demi teinte parce que l’univers, les personnages et la répartie de ces derniers sont terribles mais le rythme terriblement mou du genou m’a fait décrocher à maintes reprises.

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.