lutte de pouvoirs fratricide

J’ai découvert la plume de Joelle Charbonneau à travers sa saga dystopique L’Elite qui avait été un vrai coup de cœur. Il ne faisait donc aucun doute que j’allais me laisser tenter par cette nouvelle saga, d’autant que l’autrice plante son histoire dans un cadre de fantaisy.
Andreus et Carys sont frères et sœurs jumeaux, enfants du roi du royaume d’Eden. Les deux enfants sont nés à l’ombre d’une prophétie dont le secret est jalousement gardé car elle pourrait mettre en péril tout le royaume. Très jeune, Andreus a manifesté des symptômes évocateurs de cette malédiction et Carys a, depuis, consacré son énergie à protéger son frère et son secret.
S’ils sont jumeaux, le frère et la sœur sont pourtant de caractères très opposés : Carys, a 17 ans, est une jeune fille très solitaire, éduquée pour tenir son rang quelle que soit la situation et se montrer digne de la confiance de ses parents. Son frère, au contraire, s’échappe le plus possible des obligations royales en se plongeant dans ses travaux sur les moulins à vent, l’électricité ou en s’oubliant dans les bras d’une nouvelle conquête. Si ni l’un ni l’autre n’aspire au pouvoir, tout va être remis en question à la mort du roi et de leur frère héritier. En raison de leur gémellité, eux qui ont toujours pris soin l’un de l’autre, se retrouvent contraints de s’affronter pour l’obtention du trône, propulsés au cœur de jeux de pouvoirs.
Le roman est assez court et l’autrice nous plonge rapidement au cœur de son intrigue. Le royaume d’Eden est peu détaillé mais on sait qu’il est en guerre depuis des années et s’affaiblit peu à peu. De ses adversaires, on n’en apprendra pas grand-chose mais l’autrice a réussi à leur donner suffisamment de présence pour instaurer une tension dans l’obtention de ce trône.
Les premiers chapitres sont consacrés à la découverte des deux principaux protagonistes et à leurs tempéraments si différents. Et si l’on pensait avoir cerné les personnages, le début des épreuves va rapidement remettre en cause ce que le lecteur prenait pour acquis. Certaines découvertes sont prévisibles tandis que d’autres sont de vraies surprises et on se surprend à enchainer les pages pour découvrir le fin mot de cette histoire.
L’atout principal de ce roman est son ambiance moyenâgeuse particulièrement sombre. Le royaume lutte contre l’obscurité, rendant le contrôle des vents et de l’électricité source de convoitises. Les relations humaines manquent elles-mêmes de chaleur et de bienveillance et nos personnages doivent taire leur souffrance s’ils veulent survivre. Chaque faux pas est scruté et prétexte à une possible trahison. L’univers est aussi austère sur le plan réel que symbolique et s’avère rapidement assez anxiogène.
Joelle Charbonneau signe un premier tome dont j’ai aimé l’univers et l’ambiance. Celui-ci est placé sur la découverte de la personnalité des jumeaux et des jeux de pouvoirs autour de l’accès au trône. On pressent que le second sera plus orienté vers les mythologies qui gouvernent ce royaume et sur l’importance de la malédiction qui a tout déclenché. J’ai hâte de découvrir tout ça !

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.