In real life, tome 1 : déconnexion

Lani a grandi dans le Système, entourée de ses proches. D’aussi loin qu’elle se souvienne, elle a toujours mené une vie heureuse, une vie où l’entraide, le partage, l’amour sont omniprésents. Une vie où chaque nuit, on peut vivre d’incroyables expériences dans des rêves éveillés et où chacun est relié aux autres par la pensée. Alors qu’elle s’apprête à se rendre à la Répartition avec sa meilleure amie, et enfin savoir quel travail lui sera attribué pour le reste de sa vie, elle est kidnappée par un groupe de rebelles qui vont petit à petit bouleverser tous ses repères. Dès lors, elle va devoir découvrir une toute nouvelle réalité si elle veut survivre …

Quand on nous a proposé ce roman, j’étais très curieuse et impatiente de le découvrir. Evidemment, j’avais peur de tomber sur quelque chose de déjà vu – et oui, on se doute bien d’une partie de l’intrigue : une société idéale, des rebelles qui débarquent pour ouvrir les yeux des personnages principaux avant d’attaquer les vrais méchants. Alors bien sûr, le schéma reste plus ou moins le même ici, mais comme j’aime ce type d’histoire, j’étais juste impatiente de voir comment Maiween Alix allait tirer son épingle du jeu.

Et, en réalité, j’ai beaucoup aimé ce premier tome. J’ai apprécié l’univers, toute cette technologie qui semble mise au service de la bienveillance envers les uns et les autres. J’ai apprécié aussi que tout ne soit pas tout rose, c’est parfois violent, il y a du sang, des morts. Et puis le récit est ponctué de surprises et de rebondissements, il y a très peu de temps morts. D’ailleurs, pendant une grande partie du récit, on ne sait pas ce qui se passe ni pourquoi Lani et ses amis ont été enlevés. On est comme eux, dans le flou, on avance à tâtons, on hésite entre reconnaissance et suspicion envers certains membres de leur nouvelle communauté. J’ai trouvé que cela induisait une certaine tension, un mystère qu’on a hâte de percer, et les pages se tournent à toute vitesse.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Lani. Dans son monde, ce monde qu’elle connaît comme sa poche, elle est sûre d’elle, elle est forte, elle n’échoue presque jamais lors de tournois de Construction. Sa vie est parfaitement rôdée, maîtrisée, quasi sans surprise on pourrait dire. Et puis, du jour au lendemain, elle découvre une nouvelle réalité, qui n’a plus rien à voir avec ce qu’elle a connu jusque là. Alors on découvre une nouvelle Lani, peu sûre d’elle, perdue, qui doit tout apprendre à nouveau – un peu comme un enfant. Qui doit faire face à une foule d’émotions, d’inquiétudes, de nouvelles données. Mais qui pourtant ne se laisse pas abattre et ne cesse de poser des questions, de chercher à comprendre. J’ai bien aimé Tom et Cora également même si cette dernière est presque totalement absente de la seconde partie du roman. Forcément, on n’échappe pas à une petite romance, mais j’ai aimé la façon dont elle est amenée, et le fait qu’elle ne prenne pas le pas sur le reste de l’intrigue. Et puis, ils sont tellement mignons, qu’on ne peut dire non !

Au final, ce premier tome m’a vraiment beaucoup plu, et vu la fin, j’ai hâte de lire la suite !

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.