Campus, tome 2 – Kate Brian

Il y a deux mois je vous présentais le premier tome de cette série qui m’avait fait passé un bon moment malgré quelques petits bémols. Le plus important étant que, finalement, j’avais tout de même envie de savoir la suite ! A la recherche d’une lecture rapide et facile, je me suis donc enfin tournée sur le deuxième tome.

En un mois, Reed a presque l’impression d’avoir vécu une vie. Après avoir rêvé d’intégré la résidence Billings, elle touche au but – même si ses nouvelles camarades de dortoirs ne sont toujours pas des plus tendres avec elle et la mette une nouvelle fois à l’épreuve en l’élevant au rand de Cendrillon. Mais l’élément le plus perturbant reste la disparition de Thomas. D’ailleurs, il semblerait qu’il ne manquerait pour rien au monde la soirée de l’Héritage qui aura lieu dans quelques jours… soirée à laquelle Reed n’est pas invitée. A moins qu’elle n’accepte de se rapprocher de celui qui pourrait la faire entrer ?

Globalement, ce nouveau tome est à la hauteur du précédent. Reed continue d’être aveuglée par son adoration pour les filles Billings, au point de tolérer bieeeen des choses. Rabaissée, testée, elle a le sentiment d’avoir de vraies amies et de valoir quelque chose quand elle est avec elle, pour ma part j’ai juste envie de la secouer pour qu’elle ouvre les yeux et lui demander où est passée son amour propre. Ou de frapper ce quatuor infernal. En réalité, je comprends bien qu’on ait envie de plaire aux filles populaires, le côté grisant d’être invitée aux soirées, d’intéresser les gens qui « comptent », mais finalement c’est plutôt triste d’accepter d’être traité ainsi pour un instant de lumière. Alors si Reed m’agace par bien des aspects, je me dis que son personnage peut peut-être faire réfléchir les lecteurs aussi.

Bon, je n’ai pas trouvé qu’il se passait grand chose dans ce deuxième volet : Reed en veut à Thomas d’avoir disparu (à tel point qu’elle ne cherche pas à le retrouver alors que bon, perso, si mon copain disparaît, je pense que je chercherais à en savoir davantage), dans l’espoir de le revoir elle va tout faire pour être invitée à LA soirée select de l’année. Grosso modo c’est à ça que se résument les plus de 300 pages du roman. A ceci près qu’il faut rajouter un nouveau prétendant… voire peut-être un deuxième. J’aime bien les histoires compliquées et les rebondissements, mais là je commençais à trouver que c’était peut-être un peu tout much. A voir la suite, qui encore une fois semble prometteuse vu la fin de ce livre !

Malgré les petits bémols soulevés ci-dessus, j’ai également retrouvé ce que j’avais apprécié précédemment : une ambiance certes, parfois toxique, mais avec un je-ne-sais-quoi d’intrigant qui fait qu’on veut savoir ce qui va se passer. Une écriture fluide, des chapitres courts, ce qui fait qu’en a peine quelques heures le roman est dévoré. Le côté manipulation est bien présent, et je me demande surtout jusqu’où il va aller.

En bref, cette fois encore je cherchais une lecture légère et agréable, et malgré quelques points agaçants / superficiels j’ai passé un bon moment, et compte bien découvrir la suite !

Poster votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.