Quand Batman n’était que Bruce Wayne…

Une nuit, Bruce Wayne, alors âgé de dix-huit ans, prend part à une course poursuite. La police tente d’arrêter un Nightwalker en fuite et le jeune homme ne peut rester là sans agir. Sa soif de justice lui vaudra pourtant une condamnation. Bruce est alors contraint d’effectuer cinq semaines de travaux d’intérêt général dans l’asile d’Arkham, qui renferme les pires criminels de Gotham City, dont quelques membres du gang des Nightwalkers…

Marie Lu nous présente un superhéros qui n’en est pas encore un. Dans ce roman, Bruce Wayne n’est pas encore Batman. Après la mort de ses parents, Bruce a hérité de leur fortune et de leur empire. C’est une grosse responsabilité mais il se montre à la hauteur. C’est un personnage qui se révèle être fort, intelligent, déterminé. J’ai trouvé ce Batman un poil différent de la version comics. Je l’ai trouvé plus attachant, moins sombre, peut être du fait de son jeune âge. L’auteure nous décrit aussi un jeune homme qui veut rendre justice et qui ne veut pas faire partie des victimes. L’auteure a vraiment su exploiter toutes ses qualités, tout ce qui fait de lui un futur héros, LE héros que nous connaissons bien.

L’intrigue de ce roman, consacré à la jeunesse de Batman, tourne autour d’un grand réseau de voleurs et d’assassins qui sévit à Gotham City et qui s’en prend aux riches de la ville. Notre cher Bruce Wayne, contraint de nettoyer les couloirs de la prison, finit par s’intéresser de près à cette affaire. Intrigué par une jeune prisonnière au regard sombre, il tente de comprendre et déjouer les plans des Nightwalkers.

Si j’ai aimé la présence de personnages secondaires que je connaissais déjà, j’ai vraiment adoré découvrir le personnage de Madeleine, la prisonnière. C’est l’un des personnages qui rend cette aventure encore plus prenante, encore plus mystérieuse. C’est une fille intelligente, qui semble lire en Bruce avec une facilité déconcertante. Une fille qui parle par énigmes, qui le guide imperceptiblement dans sa mission. Une fille déstabilisante en somme, qu’il a bien du mal à considérer comme une manipulatrice, une ennemie. Peut-il avoir confiance en Madeleine, cette dangereuse criminelle?

La deuxième moitié du roman m’a davantage emballée. L’action est au rendez-vous et la lecture prend du rythme. Mais surtout, tous les courts échanges de Bruce et Madeleine, derrière la vitre de sa cellule, prennent du sens et on avance dans l’intrigue. Pour finalement, ne plus lâcher le roman.

Verdict : Batman, Nightwalker est le second opus de la série consacrée à la jeunesse des plus grands superhéros. Une série prometteuse que je compte suivre de près. Après avoir découvert les origines de Wonderwoman, j’avais hâte de découvrir celles de Batman. Cette version alternative imaginée par Marie Lu est une belle découverte. La lecture est agréable et c’est un vrai plaisir de redécouvrir un personnage de comics de cette façon. J’ai d’autant plus hâte de découvrir les deux prochains tomes de la série qui seront consacrés à Catwoman et Superman !

Article posté sur le blog : https://revesurpapier.blog4ever.com/batman-nightwalker-de-marie-lu-1

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.