Une dernière bataille…

Deux mois ont passé depuis l’affrontement entre Alina et le Darkling. Privée de ses pouvoirs, Alina est contrainte de se terrer dans la Cathédrale Blanche. Ce qui devait être un refuge ressemble davantage à une prison. Alina continue pourtant de lutter, portée par ses Grishas, ses soldats, ses fidèles. Il est temps de poursuivre sa quête du troisième amplificateur et mettre la main sur l’Oiseau de feu…

J’étais impatiente de retrouver notre Invocatrice, notre Reine de Lumière. Surtout après la scène finale du second tome qui fût assez spectaculaire. D’ailleurs, cette troisième couverture illustre une nouvelle fois à la perfection le personnage central de la trilogie. Elle est éblouissante, puissante. Pourtant, Alina m’a paru bien vulnérable dans les premiers chapitres. On a juste envie que Sankta Alina se relève, qu’elle montre à tous ce dont elle est capable. Heureusement, on la sent suffisamment bien entourée pour changer la donne et on patiente à demi rassuré…

Depuis le début on suit une héroïne pleine d’imperfections et c’est très bien comme ça. Il y a Alina qui est avide de pouvoir, qui pourrait très bien plonger dans la cruauté. Et puis il y a Alina qui tente de faire les bons choix et de se contrôler. On sent que c’est extrêmement difficile pour notre héroïne. Elle doute beaucoup de la personne qu’elle est mais aussi de la personne qu’elle pourrait devenir. On la sent vulnérable et à la fois si puissante. C’est fou, et franchement bien joué de la part de l’auteure. J’ai adoré cette dualité, et ce, chez plusieurs personnages.

J’ai beaucoup aimé les personnages qui nous sont présentés dans cette trilogie, comme cela avait été le cas dans la duologie SIX OF CROWS. Le Darkling (aussi sombre soit-il), Nikolaï (qui m’aura bien fait rire mais pas seulement), Baghra (qui nous aura beaucoup appris), Genya, David, Zoya, Harshaw et tous les autres. On s’attache à chaque personnage même quand on voudrait les détester. Et puis il y a Mal. C’est un personnage que j’adore depuis le tout début et je ne regrette absolument pas de m’être autant attachée à lui. Il croit en Alina comme personne, et pourtant on sait combien Alina est soutenue dans sa quête. Mais Mal est là. Il est toujours là. Et on lui dit merci.

Ravka peut-il encore être sauvé? C’est la question qui résonne tout au long de la lecture. On veut y croire, et on se dit que tout cela semble impossible. On pense à ce groupe affaiblit, mais toujours debout. On pense aux deux orphelins de Keramzim qu’étaient Alina et Mal au début du premier tome. On pense au pouvoir grandissant d’Alina. On pense à la cupidité du Darkling. Ce tome est plein de noirceur, mais on y trouve autant d’amour et d’espoir. Et c’est probablement pour cette raison que je n’arrivais absolument pas à imaginer une fin à cette histoire. Je sentais que ça allait être intense. Et terrible avec ça. Mais je me suis laissée porter par les évènements, et … bon sang, j’ai adoré ce que l’auteure nous propose.

Verdict : Ce final a été à la hauteur de mes attentes. A la fois sombre et lumineux. Toujours rythmé et plein d’émotions. Je n’ai pas réussi à faire durer ma lecture tant celle-ci a été prenante du début à la fin. Alina se bat jusqu’au bout pour sauver Ravka, malgré des pouvoirs déstabilisants, malgré des choix difficiles. On se laisse porter par l’aventure et par un récit qui s’assombrit de plus en plus, jusqu’aux dernières révélations, jusqu’à la dernière bataille. Maintenant, je suis un peu triste de quitter tous ces personnages mais complètement ravie par la découverte de cet univers magique qu’est le GRISHAVERSE.

Article publié sur le blog : https://revesurpapier.blog4ever.com/grisha-de-leigh-bardugo-tome-3

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.