Un roman feel-good parfait pour cet été !

Cette histoire est celle de Clara Shin, une adolescente de seize ans seulement qui s’est autoproclamée clown de service et qui passe le plus clair de son temps à mettre l’ambiance — comme elle dit — partout où elle passe grâce à son humour. Pendant la soirée du bal de promo de son lycée, elle se fera élire reine à la majorité : l’occasion parfaite pour être le centre de l’attention une nouvelle fois. Elle en profitera donc pour se faire remarquer, mais ce coup-ci, elle dépassera les limites et ce sera la blague de trop. Son ennemie, Rose Carver, refusera de laisser passer ça et les jeunes filles en viendront aux mains. Pire encore, elles mettront le feu à l’auditorium ! Bien évidemment, elles se feront sévèrement réprimander, et leur punition consistera à travailler ensemble (et pendant toute la durée de l’été) dans le foodtruck du père de notre héroïne. Aucune des deux n’a envie de supporter l’autre autant de temps, pourtant, elles n’ont pas le choix. Que les vacances commencent !

Bon, je ne vais pas passer par quatre chemins. Vous savez quoi ? Je n’ai pas du tout aimé l’héroïne. En effet, nous sommes face à une peste, une capricieuse et une vraie gamine. Ses blagues sont douteuses voire blessantes et jamais elle ne reconnaît ses torts ou ne prend la peine de s’excuser pour tout le mal qu’elle a causé. Elle est totalement irrespectueuse (envers les autres ou les religions), grossière, désagréable, immature, irresponsable et injuste (que de défauts pour une si petite personne). Elle se rebelle pour un oui ou pour un non et ne prend jamais rien au sérieux. Certains diront qu’elle est simplement sarcastique, qu’elle va jusqu’à se montrer méchante pour se protéger, que ses farces lui servent de bouclier face à ceux qui l’entourent et qu’elle s’enferme dans sa bulle pour ne pas exprimer ses sentiments à voix haute. Je ne suis pas d’accord, ce ne sont que des excuses. À son âge, elle devrait quand même avoir un peu plus de jugeote. Sinon, les autres personnages ont éveillé mon intérêt. Prenons Rose, pour commencer. Au début, on la voit juste comme la fille que Clara n’aime pas et au fil des pages on se rend compte qu’elle est bien plus que ça. On apprend à la connaître vraiment et on apprécie forcément ce que l’on découvre : une jeune fille forte, intelligente, studieuse et particulièrement anxieuse qui sait ce qu’elle veut et qui fait toujours de son mieux pour avancer. Hamlet Wong, ensuite, était comme une barbe à papa : doux et sucré. Je l’ai également trouvé calme, patient, honnête, respectueux, authentique, ouvert, adorable et maladroit. Une perle. Sa personnalité est assez effacée mais qu’importe, il est parfait. Adrian, aussi, a un rôle important à jouer, et pas uniquement parce qu’il est le père (célibataire) de Clara. Il est tellement plus intéressant qu’elle, c’est fou. Il travaille dur dans l’espoir de pouvoir un jour réaliser son rêve et en même temps il élève et éduque sa fille (en général je tombe sur des schémas qui montrent la mère seule parce que l’autre figure parentale est absente, alors, un tel changement est appréciable). Juliana, au contraire, est le genre d’adulte irresponsable qui ne se préoccupe pas vraiment de son enfant et qui préfère se concentrer sur sa propre personne. Ouais, y’a pas à dire, je l’aurais bien baffée. Enfin, pour ce qui est du duo « Patrick et Félix », je regrette juste que Clara ne se soit pas montrée honnête envers eux. Quant à Cynthia, elle est.. inutile. Voilà, c’est dit.

En dehors de l’héroïne imparfaite (cynique et tête à claques sont des termes plus justes) qui fait tout pour se rendre intéressante et des quelques personnages secondaires que l’on voit apparaître à de rares occasions mais qui ne servent pas à grand-chose, j’ai aimé ce que j’ai lu. J’ai passé un chouette moment en compagnie de Rose, Hamlet et Adrian — que j’ai trouvés bien construits, bien développés et touchants — et j’ai pris plaisir à les suivre sur cet été. De plus, j’ai aimé le contexte, l’intrigue, le mélange des cultures et la plume de l’autrice, fluide comme pas permis.

Conclusion : si vous êtes à la recherche d’un roman feel-good, simple, rafraîchissant, addictif et parfait pour cette période de l’année, celui-ci devrait vous plaire. Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. ♥

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.