The sun is also a star – Nicola Yoon

Depuis la sortie de son précédent roman, « Everything everything » (que je n’ai toujours pas lu, bouuh), j’entends beaucoup parler de Nicola Yoon. J’étais donc ravie d’avoir l’occasion de découvrir ce roman-ci.

Natasha, 17 ans, est désespérée. Suite à une bêtise de son père, ce soir, elle et les siens devront quitter les Etats-Unis puisqu’ils sont là dans l’illégalité. Mais avant ça, il lui reste une toute petite chance. Daniel, lui, s’apprête à passer un entretien pour entrer à Yale l’année prochaine. Par le plus grand beau des hasards, ils vont voir leurs chemins se croiser. Mais le temps leur est compté et les obstacles seront nombreux. Ils n’ont qu’un jour. Un jour pour se connaître, s’aimer.

C’est une des choses que j’ai aimé avec ce roman : tout se concentre sur une journée. Parfois, on passe des journées longues, inintéressantes avec, aller, peut-être un ou deux éléments qui sortent de l’ordinaire. Ici, sur une journée, on va vivre une infinité d’événements. C’est intense, c’est fou, c’est beau. Cette journée, c’est la dernière que va vivre Natasha sur le sol américain. Dès son lever, ce jour-là, cette pensée est omniprésente, et va diriger ses pas. Daniel lui, va se sentir attiré par elle, tomber amoureux. Tout ce qu’ils vont vivre, leurs discussions, le temps qui leur est compté, tout va accentuer ce qu’ils vont vivre et donner une saveur particulière à ces heures.

Puisque l’on parle des personnages, allons-y. D’un côté, on a Natasha, cartésienne, qui ne croit qu’aux données scientifiques, à ce qui peut être prouvé. Désabusé par la vie, les mensonges, les tromperies, autant dire qu’elle est loin de croire en l’amour et au destin. De l’autre, Daniel, poète dans l’âme, éternel rêveur, prêt à tout pour faire entendre à la jeune fille que si, le hasard, le destin existent. Et que si, ils sont faits pour être ensemble.J’ai beaucoup aimé ces deux caractères, et surtout les discussions qui en découlent. Quand l’un essaie d’expliquer son point de vue à l’autre. La notion de destin. On ne peut nier que leur rencontre tient à d’infimes petits détails hasardeux, qui ne dépendent pas d’eux, et qui auraient pu ne jamais se produire. Bon, est-ce utile de précisé que j’ai détesté le frère de Daniel ? Quand à leurs parents, j’ai apprécié découvrir leur histoire, ainsi que celle de personnages secondaires et pourtant tout aussi importants ici. Parce que justement, ici c’est un roman choral, et si la parole est la plus souvent donnée à Daniel et Natasha, on a aussi de petits intermèdes nous faisant partager de petits bouts de vie des parents, d’Irène, d’un avocat, d’une secrétaire, et ça, j’ai beaucoup aimé.

L’histoire de nos deux tourtereaux amène également à se poser quelques questions. Est-ce que les choses auraient été différentes pour eux si Natasha n’était pas une immigrée clandestine ? Est-ce qu’ils se seraient rencontrés quand même ? Est-ce que la beauté ici ne tient pas au fait de savoir qu’il y aura inexorablement une fin ? Ça me rappelle de vieilles disserts’ de philo, mais au fond, savoir qu’une chose à une date limite oblige à savourer chaque seconde – tout comme savoir qu’on a qu’une vie, qu’on n’est pas éternel. Bref, je ferme la parenthèse et vous laisser méditer 😛 .

Ce qui m’a également plu dans ce roman, c’est le rapport de chacun de ces ados avec leur famille, leurs origines, et tout ce que cela implique. Parce que si Natasha vient de la Jamaïque, les parents de Daniel, eux, sont originaires de Corée, et sont convaincus que même si ce qui est bon pour leurs enfants n’est pas ce qu’ils veulent, le principal est qu’ils vivent le rêve américain. Mais que faire quand on ne veut pas la même chose que ses parents ? Quand on sait que certains choix pourraient avoir de lourdes conséquences ? On parle également de racisme, de différences, de choix, de destin.

Quant à la fin, j’avais peur de ce que l’autrice allait nous proposer tout en ayant une idée de ce que je voulais. Finalement, je choisis l’épilogue et la fin alternative qui me conviennent mieux ! 😛 Inutile de préciser que j’ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux, et qu’il n’est pas exclu que quelques larmes aient coulées à la fin. Mais chut, ça reste entre nous !

En bref, j’ai passé un excellent roman avec ce joli roman que j’ai dévoré. Si l’on découvre la romance naissante entre deux adolescents, elle permet également d’aborder de nombreux sujets tantôt touchant, tantôt d’actualité, mais aussi d’autres qui nous font réfléchir. Pour info, il y a eu un film (qui ne sortira pas en France), j’ai un peu peur de ce que ça peut donner, mais why not !

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.