Six of Crows & Crooked Kingdom

Après avoir vu une demi-douzaine de posts Instagram traitant du roman, avoir reçu une centaine de messages de la part de @fantasticreadings m’incitant à le lire et découvert que la série basée sur cette saga sortait en avril, j’ai su qu’il fallait que je m’y mette. Alors j’ai pris mes deux petites mains et j’ai commandé le pack avec les deux tomes (dans lequel se trouvent des illustrations absolument incroyables et les couvertures sont magnifiques, si ce n’est pour le petit rond « coming to Netflix » ancré dedans) en anglais. C’est donc mi-Février que je me suis lancée dans la lecture de la série « Six of Crows », dix ans après tout le monde (je crois ?). Et j’ai décidé, comme pour Mardaas, de vous faire un retour sur les deux tomes au complet (ce qui me permet d’avoir une vue d’ensemble sur la saga, heheh). Alors, qu’en ai-je pensé ?

Si vous suivez le blog et mes critiques de romans depuis un moment, vous savez l’importance que j’attache aux personnages. Et dans ce roman, j’ai juste adoré la manière de les introduire et de nous les présenter. Chacun (ou presque) a le droit à une scène d’action qui nous permet de découvrir son caractère et sa façon de réagir face au danger. Mention bonus au duo Kaz/Inej que j’ai vraiment trouvé très cool dès le début du roman, que ce soit dans la confiance qu’ils s’accordent ou leur façon de communiquer sans pratiquement rien se dire. On ressent la progression de chaque personnage à travers le roman grâce à l’alternance des points de vue à chaque chapitre (ce qui nous permet aussi d’avoir une vision globale de l’histoire) et on peut donc les voir évoluer page après page. J’ai trouvé l’intrigue vraiment intéressante. Le pitch de base m’avait déjà convaincue, mais la plume de l’auteure (j’ai lu en VO, donc aucun souci de traduction) rend vraiment l’histoire poignante et haletante. On a toujours peur pour les personnages, peur que le(s) plan(s) ne fonctionne(nt) pas ou que le pot-aux-roses soit découvert…

Pour revenir sur les personnages, j’ai eu un énorme coup de cœur pour Inej. Son duo avec Kaz’ marche vraiment bien, leur dynamique rend le roman vraiment intéressant. En dehors de ce duo, je trouve qu’Inej est tout le contraire de ce à quoi on s’attend. C’est une guerrière, elle peut tuer avec tout et n’importe quoi, mais elle est aussi capable d’être compréhensive, montrer de la compassion, avoir de super idées et elle a un but au-delà de tout ça qui est de retrouver sa famille, ce qui la rend également touchante. C’est un personnage extrêmement nuancé et bien construit pour lequel j’ai vraiment eu un très gros coup de cœur. Kaz’ arrive en deuxième, je pense et il m’inspire plus une grande classe et un certaine flegme très britannique (me demandez pas pourquoi). Sinon, j’ai trouvé le personnage de Nina très intéressant. Comme Inej, elle est le contraire de ce à quoi on s’attend et j’ai trouvé ça vraiment bien amené. Tous les personnages ont ce contraste, mais je le trouve particulièrement bien fait avec Nina et Inej. Bref.

J’ai du mal à approfondir plus mon avis, parce que j’ai peur de tomber dans du spoiler. Je peux simplement vous inciter à découvrir cette saga avant la sortie de la série sur Netflix (si vous avez le temps) parce que le roman est réellement brillamment écrit, que les personnages et l’intrigue vous prend aux tripes et que vous n’allez probablement pas ressortir de cette lecture sans vouloir vous faire le tatouage des membres du Dreg ! C’est réellement un très bon roman et j’ai vraiment hâte de découvrir la série.

Maintenant ouste, parce que je vais parler du second tome de cette duologie et je vais être obligée d’aller à fond dans les spoilers ! Donc si vous voulez découvrir cette saga avec un œil neuf et juvénile, c’est le moment de quitter cette page. Libre à vous de revenir plus tard pour découvrir mon avis sur le tome II, bien sûr. C’est parti !

Suite au premier tome, on retrouve les personnages en train de s’organiser pour venir au secours d’Inej, toujours prisonnière du père de Wylan. On retrouve notre petit groupe dans une sorte de casino où il espère trouver un moyen de secourir Inej qui est plutôt en mauvaise posture dans sa geôle et commence un peu à perdre espoir. La libération d’Inej occupe pratiquement la moitié du roman, d’ailleurs. J’ai beaucoup aimé voir les machinations de tout le monde pour parvenir à la libérer. Pendant un moment, on peut penser qu’ils n’y arriveront pas ou que le plan de Kaz est moins intelligent que celui du père de Wylan… Mais ça serait sous-estimer Kaz, ce qu’il ne faut jamais faire, sous aucun prétexte. Au final, Inej est libre et on retrouve notre équipe au grand complet avec (encore une fois) un adorable moment entre Kaz et Inej (mon petit cœur ne peut supporter autant de joli moment entre ces deux-là). Je pense que ce moment de séparation a beaucoup joué sur l’évolution mentale des deux, avec Inej qui a failli perdre fois en Kaz et ce dernier qui réalise à quel point il a besoin de la jeune femme. Je ne sais pas comment décrire cette relation, mais c’est honnêtement une des plus belles relations que j’ai pu découvrir dans un roman.

Cependant, le roman bifurque et certaines intrigues divergent assez rapidement. Le roman s’attarde plus particulièrement sur divers groupe de personnages. Là où le tome 1 présentait une équipe en pleine formation pour un but précis, le second tome raconte plusieurs petites histoires et permet d’approfondir les caractéristiques de nombreux personnages, comme Kaz, Nina ou encore Jesper et Wylan. Ce qui n’est pas pour me déplaire ! Cette duologie a la particularité de nous faire aimer ses personnages et de toujours en savoir plus sur eux, sur leurs vies et sur ce qui les animent quand ils n’ont pas forcément de cause commune. Et c’est exactement ce que nous propose ce second tome. Pour autant, il reste nécessaire d’avoir lu le premier tome pour apprécier le second tome et l’évolution des personnages. Par exemple, j’ai apprécié pouvoir mieux découvrir Wylan dans ce tome (et ce personnage est adorable ?) et voir sa relation avec Jesper évoluer et se solidifier (je les aime beaucoup ces deux-là !). Nina et Matthias restent des personnages que j’apprécie, même si j’ai eu plus de mal à m’attacher à Matthias (il m’a fallu un peu plus de temps, notamment dans le tome 1, mais le tome 2 le présente dans une nouvelle lumière et je le préfère dans ce tome).

Je l’admets, j’avais très peur de ne pas apprécier ce second tome autant que le premier. J’avais peur que l’excitation du premier, de voir l’équipe se construire et apprendre à se connaître, ne soit pas présent dans un tome II où le but est simplement de récupérer l’argent qui leur est dû et ensuite de quitter la rue pour se forger une nouvelle vie ailleurs, chacun allant où il veut (donc menant à une disruption de l’équipe). Au final, j’ai grandement apprécié ce tome II. Il faut dire que l’évolution des personnages y est pour beaucoup, ainsi que la complexité de cette intrigue qui reste intéressante malgré des enjeux moins forts. Ce second tome porte sur la recherche d’identité à travers la recherche de paternité, clairement. Entre Inej qui part à la recherche de sa famille, Wylan qui apprend que sa mère soi-disant décédée ne l’est pas et Jesper qui retrouve son père, on sent clairement que le thème du roman tourne autour du parentage de nos héros et de la famille. Là où le premier tome nous présentait l’équipe nouvellement constituée comme une sorte de famille, le second s’attarde sur les « vraies » familles de chacun et celles qui vont se créer (comme pour Matthias et Nina ou Inej et Kaz par exemple).

Au final, est-ce que j’ai apprécié cette saga ? Non. Je l’ai adorée. Et j’espère sincèrement que vous prendre le temps de la découvrir, que ce soit en livre ou lors de la sortie de la série sur Netflix, en Avril. En attendant… no mourners. No funeral.

Poster votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.