Rois de cendres !

❝ « Rois de cendres » est un objet livre travaillé et original qui m’a tout de suite donné envie de me plonger dedans.
Des pages blanches qui virent au noir au fur et à mesure de la descente aux enfers de Jack. Des photos, des bouts d’sms, des playlist et j’en passe ponctuent la lecture et plonge le lecteur dans une ambiance bien particulière entre imagination et folie, si bien que l’on finit par s’y perdre aussi.
J’ai vraiment bien aimé cette histoire. Je n’ai pas eu de coup de cœur comme beaucoup mais j’ai passé un bon moment de lecture assez spécial et inédit.

J’ai vraiment adoré la relation entre August et Jack qui était très ambiguë par moments et très fraternelle. J’ai aimé leur lien, la manière dont ils se protègent et se poussent à bout par moments pour faire réagir l’autre. C’était bien décrit, bien construit, bien mit en place. Le fait qu’on aborde le thème des maladies psychologiques m’a vraiment plu. J’adore quand on touche à ce genre de sujets. On ne savait pas vraiment dans quoi on allait mettre les pieds. Nos personnages non plus d’ailleurs et c’est ce qui était addictif dans cette histoire. On découvre les hallucinations de Jack petit à petit, son caractère changeant et de l’autre côté on suit August très différent, plus terre à terre et qui essai par tous les moyens de comprendre et d’aider son ami d’enfance. Ils se lancent dans une sorte de quête, souvenir d’un jeu auquel ils jouaient étant enfants pour essayer d’aider Jack à aller mieux.

Ça se dévore. On ne voit pas les pages défiler.
J’aurais tout de même aimé un peu plus de profondeur par moments. J’ai eu cette impression par moment de rapidité et sans être bâclé ce n’était pas assez poussé à mon goût bien que les thèmes de la folie, de l’amitié de l’amour mais aussi plus subtilement de la négligence étaient très bien abordés. Ils veillent l’un sur l’autre car personne ne le fait pour eux. Aucun des deux n’a une structure familiale classique et aucun d’eux n’a d’autre personne pour les épauler. Leur relation est intense, forte, brutale mais terriblement belle même si par moment on la sent quelque peu malsaine et destructrice.

C’était une très belle découverte, c’est un roman qui sort de l’ordinaire, qui n’a pas peur de parler de maladie mentale, de folie, d’hallucinations. Mais qui n’a pas non plus peur de plonger la tête la première dans des sujets tout aussi intéréssants comme l’autodestruction, la dépendance affective et l’homosexualité. Je vous le recommande si vous avez l’occasion de le découvrir, il est top et étrange de la plus belle des manières. ❞

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.