Polar vert, tome 1 : Les algues assassines

Quand j’ai entendu parler de cette nouvelle série aux éditions Milan, j’ai tout de suite été intriguée : scandales environnementaux, protection de la nature, écologie, on parle ici de thèmes forts qui font malheureusement écho à notre monde actuel. Avec – comme son nom l’intrique – un côté polar, il n’en fallait pas plus pour me convaincre !

Klervi, bretonne pure souche, vit une belle histoire d’amour avec Lucas, fils de braconnier, hériter d’un empire. Depuis des années, sa famille participe activement au trafic de civelles, petits anguilles qui se revendent à prix d’or. Pour la jeune fille, ce n’est pas bien grave, tant qu’il n’y a pas mort d’homme. Et puis, bientôt ils se marieront, et partiront faire le tour du monde, alors…
Seulement, le frère jumeau de Klervi, lui, lutte pour protéger la nature, la biodiversité, leur coin. Et s’il avait quelque chose à voir avec la destruction d’un des viviers de civelles de la famille Royer ? Alors quand son frère est retrouvé inconscient à côté de son cheval mort, Klervi commence à se poser des questions.

Quel bonheur (même si, évidemment, l’idéal aurait été qu’on n’ait pas besoin de parler de ce genre de choses) de voir des sujets si importants abordés en littérature ado, de voir des ados engagés, quand on sait que l’environnement est LE sujet qui préoccupe le plus les jeunes d’aujourd’hui. On parle ici de scandales environnementaux et écologiques réels, avec les algues vertes sur les plages bretonnes, ces marées vertes meurtrières qui obligent à fermer des plages, mais aussi le trafic d’espèces réglementées. Les personnages de ce roman organisent des manifestations, prennent la parole pour faire entendre leur voix face à ces menaces. Nous parlent également d’éco-anxiété, une déprime de plus en plus développée et liée à ce crise climatique/environnementale de plus en plus dramatique. Je suis sûre que ce roman a la capacité de sensibiliser quelques lecteurs.

Si j’ai trouvé tout cela très intéressant, j’ai beaucoup aimé que l’auteur nous le fasse découvrir via une enquête policière, déclenchée par l’accident subi par Jez, le frère de Klervi. Pour sauver sa peau, cette dernière va se retrouver obligée de passer de l’autre côté de la barrière, prête à tout pour sauver son amour. Dès lors, on entre au cœur du sujet, dans un monde où l’argent coule à flots, où les risques sont réels, où il n’y a qu’un pas entre méfiance et confiance. Sous nos yeux prennent place des actes illégaux, des mensonges, le suspens s’installe à mesure que l’on suit Klervi, on tremble pour elle parfois de la voir évoluer dans une telle famille. Le climat est anxiogène – on en vient à se méfier de tout le monde – et la fin est tout bonnement dingue, j’ai hâte de lire la suite !

Pour dire tout de même deux mots sur les personnages… Si Klervi m’a parfois agacée – notamment dans sa dévotion envers Lucas et ce qui en découle – je dois bien avouer que sa place n’est pas très enviable. De lycéenne lambda, la tête pleine de rêves, elle se retrouve propulsée sur le devant de la scène par une sombre histoire dans laquelle la vie de son frère est en jeu, notamment parce que, plus ou moins malgré elle, elle a pris part à certains agissements. Je suis très, très curieuse de voir ce que le tome 2 lui réserve…

En bref, voici un polar écologique mené tambour battant. Une intrigue qui fait réfléchir et éveille les consciences sur des scandales environnementaux bien réels ! A découvrir.

Poster votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.