King of Scars – Leigh Bardugo

❝ J’ai aimé, j’ai adoré ce livre mais j’ai aussi eu un peu plus de mal par moments. Et pourtant, une fois refermé, même si certaines choses m’ont déplue et m’ont laissée sur ma faim, j’ai tout de même un avis bien positif.
Avant toute chose, si vous désirez le découvrir sachez que c’est une histoire spoilante sur les sagas précédentes de Leigh Bardugo : Les Grisha et Six of Crows. Si vous désiriez lire ces livres, alors attendez de les avoirs lus pour vous lancer dans « King of Scars ». Moi qui pensait que le côté spoilant arriverait un peu plus tard dans le roman, c’est finalement dès le début qu’on nous balance certaines infos et cela pourrait grandement vous gâcher la découverte !
J’ai vraiment bien aimé retrouver certains personnages, certaines références et certaines anecdotes concernant justement les précédentes sagas de l’auteure. C’est un clin d’oeil que j’ai beaucoup apprécié.

C’était un réel plaisir de retrouver Nikolaï. Ses répliques mordantes, son sarcasme. Il a un humour que j’adore et que j’ai vraiment aimé retrouver. C’est un personnage très complexe. Le fait qu’on découvre son secret et qu’il doit tout de même honorer ses obligations alors qu’il est ronger par ce mal ancien était vraiment bien retranscrit. On est tout de suite replongés dans cet univers particulier, avec ces grisha, ces pouvoirs magiques, ces complots et ces manigances.
Malheureusement j’ai trouvé qu’on ne se concentrait finalement pas autant que je l’aurais aimé sur son personnage. On bascule de chapitres en chapitres sur d’autres points de vue, celui de Zoya, celui de Nina. On parle beaucoup d’elles, on apprends à mieux les connaître certes, mais j’aurais aimé qu’on soit plus centré sur Nikolaï. Je m’attendais à davantage le suivre lui et son secret et j’ai eu un gout amer quand j’ai compris que ce ne serait finalement pas le cas.

Le gros problème de ce roman ce sont les longueurs. Si vous avez lus ces précédents livres vous savez que Leigh Bardugo prends son temps dans ses romans. Il y a des longueurs, c’est un fait. Mais dans King of Scars c’était malheureusement un peu trop à mon gout. Certains chapitres m’ont même parus en trop. Trop de bla bla, trop d’informations qui ne sont finalement pas utiles, on passe trop de temps sur certains détails alors qu’on pourrait tout simplement aller à l’essentiel et nous introduire l’action directement.

Vous l’avez compris il y a un vrai problème de rythme. C’est aussi ce qui m’a empêcher de le dévorer. J’ai dut prendre mon temps, le reposer, lire autre chose, puis le reprendre car j’avais parfois l’impression de ne pas avancer.
Et pourtant j’y revenais toujours. J’y revenais parce que ça m’intéresse. J’y revenais parce que la plume de l’auteure est de qualité, que ce sont des personnages que j’aime et que l’univers du Grishaverse m’intrigue énormément et pourtant je ne me suis pas autant régalé que ce que j’espérais. J’avais surement trop d’attentes. ❞

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ces informations sont destinées au groupe Bayard, auquel pageturners-roman.com appartient. Elles sont enregistrées dans notre fichier afin pouvoir gérer la réponse à votre commentaire par ce formulaire. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements ainsi qu’au sort des données après la mort à l’adresse mail suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité à milancnil[at]milan.fr. Pour plus d’informations, nous vous renvoyons aux dispositions de notre Politique de confidentialité sur le site groupebayard.com. Vos données sont susceptibles d’être transmises à nos partenaires commerciaux, si vous ne le souhaitez pas, merci de nous adresser votre demande à l’adresse ci-dessus.