Hazel Wood

Alors, je sais que je vais passer pour une fille superficielle, mais je voudrais qu’on prenne 5 minutes pour s’arrêter sur cette magnifique couverture ! Le travail des dessins, le foisonnement de l’illustration, c’est tout simplement sublime, et très représentatif de ce que l’on va trouver à l’intérieur ! De plus, quelques temps avant la sortie, avec les autres blogueurs partenaires Page Turners, on a reçu d’étranges courriers, des extraits de conte, une table des matières, un message mystérieux, ou encore un bout d’os, une plume, un peigne cassé … Autant dire que les éditions Milan savent mettre le paquet pour attiser la curiosité, et que ce roman n’a pas fait long feu dans ma PAL !

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Alice a toujours vécu (ou presque) sur la route, avec sa mère. Elles ne restaient jamais très longtemps au même endroit, sans qu’Alice ne sache vraiment pourquoi. Quand la grand-mère de cette dernière, la célèbre romancière Althea Proserpine décède, la mère d’Alice semble enfin prête à souffler … jusqu’à ce qu’elle disparaisse, enlevée par on ne sait qui. Derrière elle, elle laisse juste un mot pour sa fille, lui déconseillant de ne jamais s’approcher d’Hazel Wood, endroit mystérieux où vivait Althea. Mais Alice est bien décidée à découvrir où est sa mère, et pourquoi pas, au passage, découvrir qui elle est elle-même !

J’ai adoré découvrir ce roman, l’univers créé par l’auteur, qui se dévoile petit à petit. D’abord par de petites touches, d’étranges personnages qui prennent forme dans notre monde. D’étranges phénomènes qui se produisent. Si on peut trouver cette partie un peu lente, personnellement ça ne m’a pas du tout dérangé, au contraire, ça permet de bien planter les choses. Et puis, enfin, on met les pieds dans le monde de l’Hinterland, un monde riche, foisonnant, sombre, inquiétant, mystérieux, et terriblement captivant ! Pour être honnête, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman, et encore plus avec cette seconde partie où l’auteure nous réserve pas mal de surprises.

Au niveau des personnages, j’ai eu parfois un peu de mal avec Alice. Au final, l’auteure a peut-être voulu souligner le fait que ce n’est qu’une ado, marquée par le fait d’avoir grandi sans réelle attache. Mais j’ai surtout souvent eu l’impression d’avoir affaire à une gamine égoïste. Heureusement, elle n’est pas toujours comme ça, on finit par en savoir plus sur son histoire, et surtout, j’ai bien aimé son duo avec Finch.

Autre point que j’ai adoré, c’est les contes de l’Hinterland qui nous sont donnés à lire au fil de l’histoire. Mon seul regret : qu’on ne les ait pas tous ! J’espère qu’un jour ils sortiront dans un joli petit recueil, ça pourrait être chouette 🙂

Au final, un roman captivant, fascinant, addictif, un univers sombre et original. A découvrir !

Un grand merci aux éditions Milan pour la confiance et la découverte !

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.