Et si on vivait connecté ?

2225. Depuis la Grande Connexion, tous les humains sont équipés dès leur plus jeune âge d’un transpondeur à l’intérieur du cerveau. Cet appareil leur permet d’être connectés en permanence les uns avec les autres mais aussi aux bases de données de leur environnement, leur offrant une vie harmonieuse. Chaque nuit, leur transpondeur les connecte dans un espace de Rêves éveillés où chacun peut se rendre dans des paysages construits pour eux, retrouver des proches, réaliser des apprentissages…
Lani approche de ses 17 ans et rêve de devenir une Constructrice, une des personnes chargées de concevoir les rêves, de proposer mille expériences et de les faire vivre aux autres. En attendant, elle travaille dans une Implantation du Nord des Etats Unis afin de restaurer la faune et la flore et contribue à la production de ressources premières pour le reste de l’humanité. Elle mène une vie simple et heureuse. Sa vie bascule quand elle est enlevée par des hommes qui se présentent comme des rebelles. Lani n’a jamais entendu parler d’un mouvement de rébellion et ne comprend pas leurs revendications. Elle ne va toutefois pas avoir le choix que de les accompagner et d’apprendre à vivre déconnectée du système qui représente tout pour elle…
Maiwenn Alix a construit un univers qui repose sur une utopie convaincante et séduisante. Les humains vivent en harmonie, avec beaucoup de bienveillance et de gentillesse. Ils réparent enfin les catastrophes écologiques que les générations passées ont provoquées, produisent de manière raisonnée et se répartissent équitablement les ressources afin que tous les humains vivent au mieux. L’épanouissement personnel se fait la nuit à travers les rêves éveillés ou chacun peut apprendre comme il le souhaite, voyager, revoir des êtres chers. Il n’y a pas de faille dans ce système et les humains ont atteint une forme de bonheur grâce à cela.
L’enlèvement et la déconnexion de Lani n’en sont que plus violents. La jeune fille n’avait aucun doute sur ce système et le monde des rebelles présente de nombreux défauts dont une violence très importante. Les motivations des rebelles nous sont dévoilées peu à peu et prennent sens mais pour autant, le monde dans lequel a grandi Lani a de nombreuses qualités. Le lecteur partage les doutes de cette héroïne qui découvre un nouvel univers tout en regrettant ce qu’elle a perdu : une société bienveillante, détachée des apparences, occupée à restaurer la nature. La situation n’est absolument pas manichéenne, comme cela peut être le cas dans les dystopies, et nous offre de quoi réfléchir.
Lani se retrouve très fragile dans ce nouvel environnement où elle doit tout redécouvrir. On lui cache beaucoup de choses et notre patience est mise à rude épreuve avant qu’on ne comprenne enfin pourquoi les rebelles tiennent à elle. Si cette attente peut sembler un peu longue, le lecteur comprend que les révélations ne seront dévoilées qu’au moment propice, à la fois pour les personnages mais aussi pour nous. Ce choix nous plonge avec les personnages dans leurs questionnements et nous fait partager leur frustration.
Les personnages secondaires soutiennent bien l’intrigue et attirent notre sympathie pour certains tandis que d’autres sont d’emblée antipathiques. Les émotions sont au rendez-vous pour mon plus grand bonheur !
Les rêves éveillés sont un vrai plus dans cette histoire et m’ont mis des paillettes dans les yeux : tant de choses deviennent possibles dans ces rêves ! J’espère que cet aspect sera encore plus exploité dans le second tome.
Le style de Maiwenn Alix est fluide et l’histoire créée l’est tout autant. Pas mal de réponses sont apportées dans ce premier tome bien qu’il nous reste encore beaucoup à découvrir. Et que dire de la fin si ce n’est qu’elle nous malmène, indiquant que l’autrice a des penchants sadiques ???? 😆
In real life est une très bonne dystopie qui apporte de l’originalité en proposant une utopie convaincante, tout en évitant l’écueil d’une position manichéenne. Les rêves éveillés sont un des éléments les plus intéressants de cet univers et j’espère qu’ils prendront plus de place par la suite. Ce roman est donc une excellente surprise : n’hésitez pas à le découvrir !

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.