Quand l’eau de pluie devient votre pire ennemi…

La survie au cœur de l’histoire rend le récit particulièrement addictif et pour ma part il me fut très difficile de le reposer. Alors, il a bien sa place dans la collection Page Turners, car il en est véritablement un. J’ai totalement apprécié de lire un roman apocalyptique où, pour une fois, les morts ne se relèvent pas pour incarner zombies ou autres créatures utilisées à outrance. La métaphore de la perte de l’innocence est violente, mais intéressante, et la protagoniste imparfaite s’en tire au moins à merveille à raconter son histoire, sans avoir peur d’afficher sa superficialité et ses défauts. Cela ne la rend que plus humaine et attachante et nous retenons sans cesse notre souffle avec elle. Petit coup de cœur pour le personnage de Simon, son beau-père, sans qui elle n’aurait sûrement pas pu survivre. L’histoire de la famille recomposée qui éclate est également très intéressante et nous ne pouvons que nous demander si les personnes que Ruby recherche sont vraiment en vie. Pour une fois, le récit s’affranchit d’une romance trop parfaite. Ouf. À dévorer, mais bien au sec, ne sait-on jamais…
The Rain est un roman apocalyptique fascinant et poignant. En un tour de main, l’auteur parvient à nous rendre paranoïaques et redouter l’eau. Voir une adolescente perdre pied face à tous ses rêves brisés est touchant et nous suivons son récit avec avidité. Un très bon roman et parfaitement construit qui amène des pistes de réflexion pertinente et sensible. Vivement le tome 2.

Plus de détails & chronique complète : https://bettierosebooks.com/2017/10/16/chronique-the-rain-de-virginia-bergin/

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.