Grisha, tome 1

Lorsque j’ai su que cette saga allait être rééditée, j’ai sauté de joie. En effet, j’avais eu l’occasion de lire ce premier tome en 2013, lors de sa première édition. Malheureusement, la suite n’était jamais sortie. De ce fait, je n’ai pas hésité un instant à le relire et j’ai bien fait: j’avais quasiment tout oublié !

Ancien royaume florissant, Ravka est aujourd’hui coupé en deux par une terrible nappe de ténèbres: le Shadow Fold. Les soldats essayent tant bien que mal de s’en sortir et de supprimer cette nappe, sans succès. Alina, cartographe, ne trouve pas sa place dans ce monde. Mais lorsque son meilleur ami Mal se fait attaquer, elle déploie un pouvoir qu’elle ne pensait pas avoir. Dès lors, les grishas la repèrent aussitôt et le Darkling la prend sous son aile.

Autant dire ce qui est: cette relecture à été comme une redécouverte pour moi. Ma mémoire de poisson rouge étant ce qu’elle est, je me suis rendu compte à la lecture que j’avais tout oublier néanmoins, j’ai retrouvé ce que j’avais tant aimé lors de ma première lecture. J’ai tout de suite replongé dans cet univers qui m’avait tant plu la première fois. Alors que j’ai eu plus de mal avec SOC, ici, ça paraissait tellement plus naturel.

Il faut dire aussi que l’emploi de la première personne fait aussi beaucoup. J’ai réussi à m’attacher immédiatement à Alina, tout comme à ce qu’elle nous racontait. J’ai suivi ses aventures avec plaisir, mais aussi avec tristesse, colère et dégoût. Tout comme elle, en fait. Son apprentissage ne se fait pas dans le monde des Bisounours. Elle apprend beaucoup sur elle, mais également sur ce qui l’entoure. Ce qui lui fait prendre des décisions difficiles qui auront des répercussions sur la suite.

Quant aux personnages qui l’entoure, je dois dire qu’ils ont chacun leur petit côté attachant et mystérieux. Tout d’abord le Darkling: on ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui. Est-il gentil, prévenant comme il le montre, ou cache-t-il quelque chose de plus noir? Et Mal, pourquoi ne répond-il pas aux lettres que lui envoie son amie? Et Genya, a-t-elle eu le choix d’être la servant d’Alina? Peut-on lui faire confiance? Ou encore Baghra, sa professeure. On ne sait pas grand chose d’elle, voire rien du tout. Elle est froide, exigeante et peu commune. Mais pour moi, ça été mon coup de cœur. C’est ce côté totalement indifférente qui m’a plu chez elle.

Quant à l’univers, il est certain qu’il est bien construit, bien imaginé en amont. On sent que l’auteure a pris un certain plaisir à créer de toute pièce cet univers. L’intrigue est bien menée et surtout, l’auteure nous réserve des retournements de situation plutôt inattendus, ce qui fait le charme de ce premier opus. Vous allez me dire : « oui mais tu savais déjà ce qui allait se passer, vu que c’est une relecture ». Eh bien justement non, parce que je ne me souvenais d’absolument rien. Et c’est ça qui était le meilleur: tout redécouvrir de A à Z !​

​En résumé, voilà un premier tome qui m’a fait comprendre ce que j’avais tant aimé lors de ma première lecture. Alina est un personnage pour lequel on s’attache rapidement, qui est touchante et forte à la fois. L’intrigue tient en haleine de bout en bout, et l’auteure nous réserver des surprises et des retournements de situation inattendus. Il me tarde d’être en mai pour enfin avoir le tome 2, que j’attends depuis des années !

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.