Cette fille, c’était mon frère

cette fille

Je savais qu’en lisant cette histoire, je serai forcément touchée, vu le thème. Et à vrai dire, c’est le premier de ce genre que je lis, et j’en ressors très touchée, mais aussi un peu bouleversée. C’est une histoire qui ne laisse pas indifférent, et le fait que ce soit la sœur du héros qu’on suit, ajoute un gros plus. On ressent son amour pour son frère, mais aussi sa colère de voir sa vie totalement chamboulée par les choix de ce dernier. Ce roman est passé proche du coup de cœur, et je vous explique tout cela de suite.

Regan est une adolescente qui aimerait avoir une vie normale. Malheureusement dans l’ombre de son frère beau et intelligent, c’est un peu tout le contraire qu’il se passe. Elle est un peu son contraire, mais ce qui lui bouffe littéralement la vie, c’est le secret qu’elle a avec lui. Ce garçon qui paraît sûr de lui, qui est populaire, cache en vérité un véritable mal-être, qu’il tente d’assumer, mais avec beaucoup de difficultés. Il a beau avoir un corps d’homme, dans sa tête, il est une fille. Il se sent mal-né, et dès qu’il le peut, il endosse sa vraie personnalité, caché de tous, sauf de sa sœur.

Le fait qu’ils soient liés par ce secret, a changé leur complicité. Si parfois, ils s’entendent comme larrons en foire, on sent aussi parfaitement que Regan n’en plus de tout garder pour elle, de voir son frère souffrir, mais aussi, en quelque sorte, d’être égoïste, ne penser qu’à son bonheur futur et ne pas laisser la chance à sa sœur de vivre sa propre vie d’adolescente et de s’y épanouir. Car oui, derrière ces apparences de frère/sœur, se cahce une véritable souffrance, tant chez Regan que chez Liam.

Je vais d’ailleurs plus m’arrêter sur le comportement et le caractère de Regan, étant donné que c’est celle que l’on connaît le mieux, vu qu’on est dans ses pensées. Je ne dirai pas qu’elle est difficile à cerner, mais il est vrai que certaines de ses réactions peuvent paraître un peu trop osées suivant les événements qui se déroulent. Et pourtant, quand on se familiarise avec elle, on se rend vite compte que malgré tout l’amour qu’elle porte à son frère, elle se sent étouffée face à lui et la popularité qu’il a. Et encore plus avec son secret si lourd à porter. Même si elle souhaite qu’il le dévoile à tous, elle a aussi grandement peur des répercussions que cela pourra avoir sur leur vie. Même si elle souhaite le protéger au maximum, il arrive un moment où elle craque et envoie tout bouler, ce que je comprends parfaitement.

Et je peux vous dire que ce passage fait terriblement mal au cœur. Autant du côté de Regan que de Liam/Luna. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai eu le cœur serré, le ventre retourné et la larme à l’œil avec ce roman. Il m’a énormément touchée, et je crois que le fait d’être dans la tête de Regan a apporté ce gros plus. Il y a tellement d’émotions, de sentiments que… eh bien on ne peut pas rester insensible, tout simplement ! Il faut le dire : durant tout le roman, je n’attendais qu’une chose : que Liam avoue enfin qui il est.

Mais le gros souci, c’est que leurs parents ne sont pas si conventionnels que cela. Ils sont assez bizarres, et surtout très cartésiens. Ils ne peuvent pas imaginer un seul instant du mal-être de leur fils, et ne voient rien. Ils sont totalement aveugles quant à ce qu’il se passe dans leur maison, ne pensant qu’à eux et leur vie de couple, qui n’est pas toute rose non plus. Au-delà de la pitié qu’on peut ressentir pour Liam, on ressent aussi énormément d’amour envers lui. On veut l’aider, on veut entrer dans ce roman pour le soutenir dans ses choix. Mais on ne peut pas, on reste spectateurs et on souffre en même temps que lui.

Outre le fait que l’on soit du point de vue de Regan, j’ai trouvé que l’auteure avait eu une très bonne idée d’inclure des moments de leur passé, pour mieux comprendre Liam, mais surtout voir que ce n’est pas une idée passagère, qu’il l’a depuis maintenant des années et qu’il le vit mal. Très mal. Et puis… ce roman n’est pas non plus que sur le thème du transgenre, il parle aussi très bien des difficultés qu’a un ado de rentrer dans cette période difficile, de se faire accepter et de s’aimer soi-même, tout simplement.

Grâce à sa plume légère, l’auteure aborde des thèmes certes difficiles, mais amenés avec une certaine légèreté, même si elle pointe bien les points importants et douloureux. Tout y est amené avec vérité et douceur.

En résumé, c’est un roman presque coup de cœur, qui apporte beaucoup à la lecture. On apprend beaucoup de choses, surtout le mal-être des jeunes à l’adolescence et comment passer au-dessus (ou du moins essayer) d’un frère ou d’une sœur en quête d’identité, mais qui est somme toute populaire au lycée. Tout y est amené avec beaucoup de douceur, et certains passages crèvent vraiment le cœur. La fin m’a énormément émue, et certains passages m’ont fait souffrir. C’est un livre difficile à vous expliquer, mais dont il ne faut certainement pas passer à côté. Je le conseille vivement !

1 commentaire sur “Cette fille, c’était mon frère

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.